LA SAINTE SCÈNE : QU’EST-CE QUE C’EST ??

Résolue3.14K vuesFoi chrétienneLa Sainte scène
0

LA SAINTE SCÈNE

– Quelle est sa signification ?!?

– Qui l’a instaurée ?!?

-Qui peut prendre la scène ?!?

Question is closed for new answers.
Staff AdventDesk Réponses sélectionnée comme la meilleure 9 mai 2019
1

TEXTE : Luc 22:19 Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi.

BUT – Le Christ a institué la Sainte Cène afin que son Eglise se rappelle toujours son corps martyrisé et son sang répandu sous la forme du pain et du vin. Les membres devraient toujours préparer leurs cœurs avant de participer à ce service.

Une institution nouvelle en remplacement de l’Ancienne Pâque

1 Cor. 5 : 7                   Christ, notre Pâque, a été immolé

1 Corinthiens 5:7  Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé.

Jean 1 : 29                    L’Agneau de Dieu

Jean 1:29  Le lendemain, il vit Jésus venant à lui, et il dit: Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde.

Ex. 12 : 3 – 11, 46         La première Pâque

Exode 12:3-11  Parlez à toute l’assemblée d’Israël, et dites: Le dixième jour de ce mois, on prendra un agneau pour chaque famille, un agneau pour chaque maison. Si la maison est trop peu nombreuse pour un agneau, on le prendra avec son plus proche voisin, selon le nombre des personnes; vous compterez pour cet agneau d’après ce que chacun peut manger. Ce sera un agneau sans défaut, mâle, âgé d’un an; vous pourrez prendre un agneau ou un chevreau. Vous le garderez jusqu’au quatorzième jour de ce mois; et toute l’assemblée d’Israël l’immolera entre les deux soirs. On prendra de son sang, et on en mettra sur les deux poteaux et sur le linteau de la porte des maisons où on le mangera. Cette même nuit, on en mangera la chair, rôtie au feu; on la mangera avec des pains sans levain et des herbes amères. Vous ne le mangerez point à demi cuit et bouilli dans l’eau; mais il sera rôti au feu, avec la tête, les jambes et l’intérieur. Vous n’en laisserez rien jusqu’au matin; et, s’il en reste quelque chose le matin, vous le brûlerez au feu. Quand vous le mangerez, vous aurez vos reins ceints, vos souliers aux pieds, et votre bâton à la main; et vous le mangerez à la hâte. C’est la Pâque de l’Éternel.

Exode 12:46  On ne la mangera que dans la maison; vous n’emporterez point de chair hors de la maison, et vous ne briserez aucun os.

Matt. 27 : 50, 51           Cessa à la mort du Christ

Matthieu 27:50-51  Jésus poussa de nouveau un grand cri, et rendit l’esprit. Et voici, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent,

Jean 19 : 36                  Il avait accompli ce que le type représentait

Jean 19:36  Ces choses sont arrivées, afin que l’Écriture fût accomplie: Aucun de ses os ne sera brisé.

Esa. 53 : 7                    Comme un agneau qu’on mène au boucher

Esaïe 53:7  Il a été maltraité et opprimé, Et il n’a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent; Il n’a point ouvert la bouche.

La Sainte Cène a été Institué par le Christ

Matt. 26 26 – 28            Faites ceci en mémoire de moi

Matthieu 26:26-28 Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant: Prenez, mangez, ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant: Buvez-en tous; car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés.

Marc 14: 22 – 24

Marc 14:22-24  Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Prenez, ceci est mon corps. Il prit ensuite une coupe; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit: Ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs.

Luc 22 19, 20

Luc 22:19-20  Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.

1 Cor. 10 : 16               Appelée communion

1 Corinthiens 10:16 La coupe de bénédiction que nous bénissons, n’est-elle pas la communion au sang de Christ? Le pain que nous rompons, n’est-il pas la communion au corps de Christ?

Signification du pain

1 Cor. 11 : 24               Ceci est mon corps

1 Corinthiens 11:24  et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit: Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi.

1 Pi. 2 : 24                   A porté nos péchés en son corps

1 Pierre 2:24  lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris.

Esa. 53 : 4                    Il s’est chargé de nos souffrances et

Esaïe 53:4  Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.

Matt. 8 : 17                  de nos douleurs

Matthieu 8:17  afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Ésaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies.

Signification du vin

1 Cor. 11 : 25               La nouvelle alliance en mon sang

1 Corinthiens 11:25 De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez.

Col. 1 : 20                    A fait la paix par le sang de la croix

Colossiens 1:20  il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix.

Héb. 9 : 12, 22 Sans effusion de sang il n’y a pas de pardon

Hébreux 9:12  et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle.

Hébreux 9:22  Et presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n’y a pas de pardon.

Apoc. 1 : 5                   Il nous a délivrés de nos péchés par son sang

Apocalypse 1:5  et de la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre! A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang,

But de la Sainte Cène

1 Cor. 11 :26                Annoncer la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’il vienne

1 Corinthiens 11:26  Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne.

Héb. 9 : 28                   Il apparaitra une seconde fois sans péché

Hébreux 9:28 de même Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut.

Préparation à la Sainte Cène

Act. 2 : 42                   Persévérer dans la foi

Actes 2:42 Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières.

1 Cor. 10 : 21               Y venir dans l’unité et la révérence

1 Corinthiens 10:21 Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur, et la coupe des démons; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur, et à la table des démons.

1 Cor. 11 : 28               Il faut s’examiner soi-même

1 Corinthiens 11:28 Que chacun donc s’éprouve soi-même, et qu’ainsi il mange du pain et boive de la coupe;

Jean 14 : 15                  Volonté d’obéir au Christ

Jean 14:15  Si vous m’aimez, gardez mes commandements.

Le service du lavement des pieds doit précéder la sainte cène :

  • Jean 13:2-15 « Pendant le souper, lorsque le diable avait déjà inspiré au coeur de Judas Iscariot, fils de Simon, le dessein de le livrer, Jésus, qui savait que le Père avait remis toutes choses entre ses mains, qu’il était venu de Dieu, et qu’il s’en allait à Dieu, se leva de table, ôta ses vêtements, et prit un linge, dont il se ceignit. Ensuite il versa de l’eau dans un bassin, et il se mit à laver les pieds des disciples, et à les essuyer avec le linge dont il était ceint. Il vint donc à Simon Pierre; et Pierre lui dit: Toi, Seigneur, tu me laves les pieds! Jésus lui répondit: Ce que je fais, tu ne le comprends pas maintenant, mais tu le comprendras bientôt. Pierre lui dit: Non, jamais tu ne me laveras les pieds. Jésus lui répondit: Si je ne te lave, tu n’auras point de part avec moi. Simon Pierre lui dit: Seigneur, non seulement les pieds, mais encore les mains et la tête. Jésus lui dit: Celui qui est lavé n’a besoin que de se laver les pieds pour être entièrement pur; et vous êtes purs, mais non pas tous. Car il connaissait celui qui le livrait; c’est pourquoi il dit: Vous n’êtes pas tous purs. Après qu’il leur eut lavé les pieds, et qu’il eut pris ses vêtements, il se remit à table, et leur dit: Comprenez-vous ce que je vous ai fait? Vous m’appelez Maître et Seigneur; et vous dites bien, car je le suis. Si donc je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres; car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait. »

La célébration de la Sainte Cène à l’Eglise Adventiste du Septième jour

« Le service de communion est habituellement célébré une fois par trimestre. Il comprend l’ordonnance d’ablution des pieds, suivie de la sainte cène. Ce doit être, pour la communauté, pour le pasteur et pour les anciens, un moment des plus sacrés, empreint de la plus grande joie. Ce service s’insère généralement dans le cadre du culte d’adoration, mais peut aussi être programmé en d’autres occasions. » Manuel de l’Eglise.

Ordonnance du lavement des pieds

« Après avoir lavé les pieds des disciples Jésus leur dit: “Je vous ai donné un exemple, afin que, vous aussi, vous fassiez comme moi je vous ai fait.” par ces paroles, le Christ ne s’est pas contenté de recommander l’hospitalité. Il ne s’agissait pas seulement de laver les pieds des autres pour en enlever la poussière du voyage. Le Christ instituait là un service religieux. L’acte de notre Seigneur a fait de cette cérémonie humiliante une ordonnance sacrée que les disciples devaient observer pour se remémorer ses leçons d’humilité et de service. »

« Cette ordonnance a été établie par le Christ comme le seul moyen de nous préparer en vue du sacrement. Un cœur ne peut entrer en communion avec le Christ aussi longtemps qu’il entretient des pensées d’orgueil, de discorde et de rivalité. Nous ne sommes pas préparés à recevoir la communion de son corps et de son sang. C’est la raison pour laquelle Jésus nous demande de faire précéder la cène du mémorial de son humiliation. » — Jésus-Christ, p. 652, 653.

« En lavant les pieds de ses disciples, Jésus a réalisé une purification bien plus profonde, celle de leur cœur, qu’il a délivré de la souillure du péché. Les communiants se sentent indignes d’accepter les emblèmes sacrés tant qu’ils n’ont pas reçu la purification qui les rend « entièrement purs » (Jn 13.10). « Jésus voulait ôter de leurs cœurs tout sentiment de haine, d’envie et d’orgueil. […] L’orgueil et la recherche du moi engendrent les dissensions et la haine, mais Jésus enleva toutes ces choses en leur lavant les pieds. […] Jésus pouvait dire, en les regardant: “Vous êtes purs”. » – Jésus-Christ, p. 650.

« L’expérience spirituelle qui réside au cœur du lavement des pieds transcende celui-ci, qui cesse alors d’être une simple coutume pour devenir une ordonnance sacrée. Il apporte un message de pardon, d’acceptation, d’assurance et de solidarité. C’est avant tout le message du Christ au croyant, mais aussi un message que s’échangent les croyants entre eux. C’est un message qui s’exprime dans une atmosphère d’humilité. » Manuel de l’Eglise.

 Pain sans levain et vin non fermenté (jus de raisin)

« Le Christ se tient à la table sur laquelle a été servi le souper pascal. Les pains sans levain en usage à cette occasion sont devant lui. Le vin non fermenté de la pâque est sur la table. Le Christ se sert de ces emblèmes pour représenter son sacrifice immaculé. Rien de ce qui a subi la fermentation, symbole de péché et de mort, ne peut représenter “l’Agneau sans défaut et sans tache”. » (1 p 1.19).» – Jésus-Christ, p. 657.

« Ni le vin ni le pain ne contiennent des facteurs de fermentation car au soir du premier jour de la pâque juive, tous les éléments de cet ordre avaient été retirés des habitations des hébreux (ex 12.15, 19; 13.7). Par conséquent, seuls le jus de raisin non fermenté et le pain sans levain conviennent au service de communion et l’on prendra le plus grand soin pour se les procurer. Dans les zones isolées où l’on ne dispose pas de jus de raisin frais ou concentré, les responsables de fédération prodigueront leurs conseils ou leur aide pour pallier à ce manque. » Manuel de l’Eglise.

Un mémorial de la crucifixion – « Quand nous prenons le pain et le vin, symboles du corps rompu du Christ et de son sang répandu, nous ne pouvons-nous empêcher d’évoquer par la pensée le souvenir de la communion célébrée dans la chambre haute. Il nous semble que nous visitons le jardin qui a été consacré par l’agonie de celui qui porta les péchés du monde. Nous assistons à la lutte par laquelle a été obtenue notre réconciliation avec Dieu. La crucifixion du Christ est mise en valeur devant nos yeux.» — Jésus-Christ, p. 665.

Une proclamation du retour du Christ — « Le service de communion fait penser au retour du Christ. Il était destiné à ranimer cette espérance dans l’esprit des disciples. Toutes les fois qu’ils se réunissaient, en vue de commémorer la mort de Jésus, ceci leur revenait à l’esprit: “Il prit ensuite une coupe; et après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant: Buvez-en tous, car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour beaucoup, pour le pardon des péchés. Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu’au jour où j’en boirai avec vous du nouveau dans le royaume de mon père.”

L’espérance du retour du Seigneur était un réconfort dans les afflictions. Cette pensée leur était précieuse au-delà de tout ce que l’on peut imaginer: “Toutes les fois où vous mangez de ce pain et où vous buvez à cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’il vienne.” (1Co11.26). » – Jésus-Christ, p. 663.

Qui peut participer à la communion?

L’Église pratique la communion ouverte. Toute personne ayant remis sa vie au Sauveur peut y prendre part. Les enfants en découvrent la signification en observant ceux qui y participent. Quand ils auront bénéficié de la préparation au baptême et se seront engagés, par le baptême, à suivre Jésus, ils seront alors prêts à prendre pleinement part au service de communion.

« L’exemple du Christ nous interdit de nous montrer trop exclusifs en ce qui concerne la cène du Seigneur. Il est vrai qu’un péché public justifie l’exclusion, c’est ce que le Saint-Esprit enseigne clairement (1Co 5.11). En dehors de ce cas, aucun jugement ne doit être prononcé. Dieu n’a pas laissé aux hommes le soin de décider qui doit se présenter dans de telles occasions. Qui d’entre nous peut lire dans les cœurs? Qui sait distinguer entre l’ivraie et le froment? “Que chacun donc s’éprouve soi-même et qu’ainsi il mange du pain et boive à la coupe.” en effet, “quiconque mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur.” “Celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même.» (1Co 11.27-29) […]. Certaines personnes, sans être de vrais serviteurs de la vérité et de la sainteté, désirent parfois prendre part au service; il ne faut pas les en empêcher. Des témoins sont là qui étaient présents lorsque Jésus lava les pieds des disciples, Judas compris. Des yeux, qui n’étaient pas des yeux d’hommes, ont vu aussi.» – Jésus-Christ, p. 660, 661.

La présence de tous est souhaitée — « Personne ne devrait se priver de la communion parce qu’il y a, près de lui, un être qui n’en est pas jugé digne. Chaque disciple est appelé à y participer publiquement, pour témoigner ainsi du fait qu’il accepte le Christ comme son Sauveur personnel. Dans de telles réunions, que le Christ a lui-même convoquées, il rencontre les siens pour les galvaniser par sa présence. Même si ce sont des cœurs et des mains indignes qui administrent le sacrement, le Christ est pourtant là, officiant lui-même en faveur de ses enfants. Tous ceux qui s’approchent en plaçant en lui leur confiance se trouveront richement bénis. et tous ceux qui négligent des avantages divins en subiront une perte. C’est à ces derniers que s’appliquent ces paroles: “Vous n’êtes pas tous purs.”» – Ibidem, p. 661, 662.

Qui peut présider un service de communion?

Le service de communion ne peut être mené que par un pasteur consacré, ou un ancien consacré. Bien qu’eux-mêmes consacrés, les diacres ne peuvent présider ce service.

« Les diacres ne sont pas autorisés à présider les services de communion, les cérémonies de baptême ni les assemblées administratives, et ne sont pas habilités à diriger les cérémonies de mariage ni à présider à la réception ou au transfert des membres. » Manuel de l’Eglise.

La communion pour ceux qui ne peuvent être présents

Si certains membres de l’Église sont malades, ou, pour d’autres raisons, ne peuvent participer au service de communion, le pasteur ou un ancien, si possible accompagné et assisté par un diacre ou une diaconesse, peut mener un service de communion particulier au domicile de ces personnes.

16 eme Croyance Fondamentale des Adventistes du Septième jour

Les Adventistes du Septième jour croient que « La sainte Cène est la participation aux emblèmes du corps et du sang de Jésus ; elle exprime notre foi en lui, notre Seigneur et Sauveur. Lors de cette expérience de communion, le Christ est présent pour rencontrer son peuple et le fortifier. En y prenant part joyeusement, nous annonçons la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. La préparation au service de communion implique examen de conscience, repentance et confession. Le Maître a prescrit l’ablution des pieds pour symboliser une purification renouvelée, exprimer une disposition au service mutuel dans une humilité semblable à celle du Christ, et unir nos cœurs dans l’amour. Le service de communion est ouvert à tous les chrétiens. »

Staff AdventDesk Réponses sélectionnée comme la meilleure 9 mai 2019

Categories