Fondement biblique de l’offrande planifiée de 10%

86 vuesFoi chrétienneNouveau Testament
1

J’aimerais avoir les references bibliques qui soutiennent le principe de l’offrande systématique ou planifiée de 10% recommandée par l’église mondiale.

a répondu à la question.
0

Par Mel Rees
Secrétaire de la Gestion Chretienne de la Vie, Union du Pacifique Nord au moment de la rédaction de cet article
RELATIVEMENT, peu de programmes d’églises et d’écoles fonctionnent sans une certaine perplexité financière. Ce problème, dans de nombreux cas, occupe plus de temps du pasteur que de gagner des âmes. C’est aussi un terrain fertile pour de nombreuses méthodes de collecte de fonds non bibliques et non respectées qui amoindrissent le respect de la maison de Dieu et de son culte, et renforcent « l’égoïsme, l’appétit, l’amour de l’étalage » ( Testimonies , vol. 9, p. 91). .

Dans les églises où il ne semble pas y avoir de problème financier, les enquêtes démontrent généralement que celles-ci fonctionnent bien en dessous de leur potentiel financier réel. Cela peut être encore plus débilitant spirituellement que la lutte pour obtenir des fonds pour mener à bien un programme potentiellement complet. Dieu s’attend à ce que chaque église travaille à la limite de ses capacités. La question n’est pas de savoir si l’église est satisfaite de son programme, mais plutôt: Dieu est-il satisfait? Si une église ne fonctionne pas à pleine capacité, elle est vulnérable au virus de l’égoïsme collectif qui détruit l’âme.

La Bible n’a qu’un plan de financement pour l’église. Il s’agit du retour de la dîme et de la remise d’offrandes volontaires «en fonction des capacités des membres». C’est un plan simple et réalisable. Sa beauté réside dans le fait que lorsque Dieu veut élargir son travail, il n’a qu’à bénir les hommes avec plus d’argent. Bien entendu, les hommes sont disposés à devenir des canaux par lesquels les bénédictions du Ciel peuvent circuler. Refuser ces bénédictions en les consacrant à des intérêts égoïstes ferme effectivement la source d’approvisionnement.

Dieu a une offre permanente de financer chaque plan qu’il a donné à l’homme. On nous répète sans cesse que le Trésor déborderait et que tous les départements fonctionneraient sans gêne. Il doit donc être évident que le problème de la finance de l’église a deux racines. Premièrement, les gens refusent les moyens qui leur ont été prêtés pour la promotion du travail de Dieu. Deuxièmement, les plans ne sont pas réalisés selon l’empreinte divine, c’est pourquoi Dieu ne peut les sanctionner avec Sa bénédiction.

Nous devrions réfléchir sérieusement à ces deux domaines critiques à la lumière de ces citations:

Il y a une grande quantité de surplus de moyens dans les rangs des adventistes du septième jour. – Témoignages , vol. 3, p. 208. (italiques fournis.)

Si notre travail éducatif avait été mené conformément aux instructions données à notre intention, l’ombre noire d’une lourde dette ne serait plus aujourd’hui suspendue au-dessus de nos institutions. –Ibid., Vol. 6, p. 216.

À une époque où les coûts scolaires montent en flèche et que les éducateurs et les administrateurs sont dans la plus grande perplexité, nous devrions réexaminer le projet d’éducation chrétienne pour trouver la source de nos difficultés financières. De même, lorsqu’une église se trouve dans une impasse financière permanente, elle devrait revoir le grand plan de Dieu pour le financement de l’église afin de trouver la source de son problème.

Dieu a un plan – efficace, capable de travailler, beau dans sa simplicité – mais il ne peut jamais être activé par la promotion de projets ou de besoins. Cela doit être basé sur l’éducation positive de chaque individu en ce qui concerne sa responsabilité envers Dieu pour sa gestion et son opportunité d’entrer dans une relation d’alliance avec Dieu dans le traitement de ses biens matériels.

Chaque personne doit être amenée à constater que les projets ou les besoins, aussi vitaux soient-ils dans l’église ou à l’école, ne doivent pas prévaloir sur l’opportunité et la responsabilité de la gérance. Il doit être amené à voir qu’il lui est confié certaines choses matérielles pour tester sa fidélité et sa capacité à gérer des possessions éternelles. Le retour de la dîme et la possibilité de faire des offrandes de plein gré constituent une partie importante de ce test, mais la promotion excessive de besoins ou de projets tend à obscurcir la décision d’un individu et à réduire à néant la valeur du test. Les besoins ou les projets doivent être les objets de la distribution des fonds provenant du sens de l’amour et de la responsabilité envers Dieu.

Remarquez ce qu’une telle éducation peut accomplir:

1. Il aidera l’individu dans une application pratique de son intendance.

2. Cela permettra à l’intendant de développer un personnage complètement altruiste comme celui de son créateur.

3. Elle fournira des fonds adéquats et continus qui permettront à l’Église de s’acquitter de sa mission divine.

4. Cela permettra à l’église de planifier ses programmes sur un revenu « anticipé » plutôt que d’être obligée de dépendre des dons d’incertitude incertains.

5. Cela permettra à l’église d’élargir son programme car, chaque membre donnant en fonction de ses capacités, Dieu augmentera son potentiel. Ainsi, l’église est un facteur de croissance garanti.

Une telle éducation à l’intendance doit être traduite dans la pratique si l’individu veut bien comprendre et satisfaire ses exigences et faire l’expérience de ses bénédictions. Cela peut être fait par des dons planifiés. Des règles bibliques précises régissent ce plan:

1. HEURE ET LIEU Les dîmes et les offrandes doivent être mises de côté lors de la réception de la rémunation et avant que les fonds ne soient utilisés à des fins personnelles. La maison est le lieu de « mise de côté ». L’église est l’endroit où la distribution est faite.

2. MONTANTS La dîme représente exactement 10% de l’augmentation (ou des bénéfices) réalisée dans la gestion des biens confiés par Dieu à l’individu. Les offrandes volontaires dépendent de la capacité financière, de l’amour que l’individu a pour Dieu et de la foi qu’il possède pour prouver les promesses de Dieu. Il devrait donner « comme il le souhaite dans son cœur, … sans réticence ni par nécessité. »

Le « livre de comptes » utilisé dans le programme de Stewardship Guidance met ce principe pratique sous forme visuelle.

1. La dîme exactement 10% de l’augmentation (ou des bénéfices).

2. Les offres représentent le pourcentage total du revenu que l’individu décide de consacrer à la fois au travail local et au travail mondial.

3. Le pourcentage de revenu désigné pour le travail local.

4. Le pourcentage de revenu consacré au travail mondial.

La question a été posée: « Que feront les dons planifiés en cas d’urgence ou de besoins ou d’appels inhabituels? » Si les dons planifiés étaient pratiqués par chaque membre, il n’y aurait jamais de besoins urgents. Rappelles toi? Le trésor serait plein! Cependant, il arrive parfois que des projets spéciaux appellent des sacrifices inhabituels. Cela s’est produit à l’époque d’Israël lors de la construction du tabernacle et du temple. Dans de telles situations, le cœur rendu pliable par le biais de dons systématiques et planifiés sera ouvert pour répondre à un tel sacrifice. Ceux qui planifient leurs dons ne pas attendre que les choses donnent à — ils regardent pour eux!

C’est le plan de Dieu pour les finances de l’église. Le cœur ouvert par un don est de ne jamais avoir le temps de se fermer égoïstement avant que le prochain ne soit accordé. Ainsi, le canal entre ciel et terre restera ouvert en permanence. Dieu a promis de garder cette chaîne fournie.

Source: Ministry Magazine de 1969

a répondu à la question.
Vous affichez 1 des 1 réponses, cliquez ici pour afficher toutes les réponses.

Categories