Est-il considéré orthodoxe de bénir les enfants dans nos églises adventistes du septième jour?

0

Est-il considéré orthodoxe de bénir les enfants dans nos églises adventistes du septième jour?

a répondu à la question.
0

Clifton L. Taylor

CLIFTON L. TAYLOR,  pasteur, Springfield, Massachusetts

Cela fait presque quatorze ans que mon attention a été attirée pour la première fois sur la pratique de la bénédiction publique des bébés dans certaines églises adventistes du septième jour. Ce fut une expérience nouvelle et quelque peu dérangeante pour moi. J’étais un peu hésitant et un peu dubitatif quant à son orthodoxie, car je n’avais jamais vu aucun de nos ministres participer à une telle cérémonie. Je me sentais enclin à refuser quand une jeune mère m’abordait à ce sujet, de peur d’imiter une cérémonie des églises du monde. Ensuite, j’ai réfléchi et décidé que je devrais me sentir mieux satisfait de faire une erreur de bonté que de l’overo licitude quant à un éventuel commentaire défavorable. Je me suis souvenu du commentaire de Jésus lorsque les mères sont venues à lui avec leurs bébés et leurs enfants avec la demande de sa bénédiction et de sa bonté envers tous.

Depuis lors, j’ai écouté de nombreux commentaires, certains favorables ou défavorables à cette pratique. Certains ont dit: « Où en sommes-nous? Doit-on copier les autres églises dans la bénédiction publique des enfants, ainsi que dans d’autres formes et rituels, en robes de chorale, processions, etc., jusqu’à ce que nous ne soyons plus un simple, Et si la bénédiction du nourrisson est appropriée, pourquoi ne pas avoir des parrains et marraines et tout ce que d’autres églises ont?

Tout cela m’a conduit à une nouvelle recherche des Écritures. J’ai trouvé que Jésus « était très mécontent » ( Marc 10: 14 ) avec ses disciples pour avoir réprimandé les parents qui lui avaient amené leurs petits enfants « qu’il devrait leur mettre la main sur eux et prier ». Mat. 19:13 . C’est à cette occasion que Jésus prononça les paroles mémorables qui ont depuis été l’objet de la plume du poète et du pinceau de l’artiste: « Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent. » Verset 14.

Bien sûr, les Écritures ne prévoient aucune commande concernant la bénédiction publique des enfants. Il est vrai que dans l’ancienne dispensation, ils étaient présentés devant le Seigneur dans le temple, mais cela ne s’appliquait qu’au premier-né et concernait le prix de rachat – quelque chose d’assez étranger à la question en litige. Rien n’indique que Jésus ait suggéré aux mères en Israël d’amener leurs enfants. C’était tout à fait spontané de leur part et ils ont persisté malgré les reproches de ses disciples qui, à l’instar de leurs homologues modernes, craignaient qu’un précédent ne soit créé et que le temps et la force de leur Maître ne soient pas dépensés de manière rentable.

Quand ils sont venus, il les a accueillis et a accédé à leur demande avec tant d’amour, de grâce, que l’histoire a traversé les époques, pour faire briller le cœur de chaque mère et approfondir son amour pour le doux Seigneur qui aimait les petits enfants et leur laissait du temps. Sa vie occupée à les arrêter et à les bénir. Lelivre Jésus Christ indique que cela était conforme à sa volonté: « Il les avait lui-même attirés dans sa présence ». Pour cette raison, il me semble que si, dans l’ensemble, les mêmes conditions sont remplies, si la cérémonie n’est pas spécialement mise en valeur et si elle est réservée aux moments où une mère en fait la demande, nous, disciples du Christ , ne peut rien faire de moins que de prendre son exemple comme modèle.

En ce qui concerne la cérémonie elle-même, comme je n’ai jamais assisté à la présidence d’un autre ministre, je ne peux parler que de ma propre expérience en ce qui concerne la procédure. Je ne cherche pas à en faire une occasion conventionnelle ou formelle; mais utilisez-le plutôt comme une occasion d’impressionner la jeune mère avec le sens de mon amour et de mon intérêt, en tant que servante du Christ, dans le développement futur de l’âme de son enfant et dans l’amour de Dieu pour elle lorsqu’elle forme l’enfant à Dieu. Ma coutume a été de rencontrer la mère avec l’enfant à l’avant de l’église en présence de la congrégation, tout comme on donne la main droite de camaraderie aux candidats au baptême. Si possible, j’ai aussi le père là-bas. Alors qu’ils se tiennent face au ministre, alors que je fais face à la congrégation, je lis un extrait assez court et approprié des Écritures,Matthieu 18: 1-6 , 10 ; 19: 13-15 ; ou  1 Samuel 1:27 , 28 ; 2: 1 , 2 , 26 ; ou Luc 2:20 , 22 ,  25-34 .

Après la lecture, je prends l’enfant de la mère et le tiens pendant que j’offre une prière dans laquelle je demande à Dieu de laisser la bénédiction du ciel reposer sur cet enfant; afin qu’il soit protégé par l’ange du Seigneur du mal qui est dans le monde; qu’il peut avoir une protection et des conseils sans faille; que sa mère et son père reçoivent plus que la patience, la sagesse et l’amour humains pour former le petit à aimer et vénérer son Père céleste; et que les parents et l’enfant puissent rester fidèles jusqu’à la fin, afin que, lorsque le Maître nous appelle à la maison pour les grandes retrouvailles, il n’en manque pas un en ce jour-là. Au moment de conclure la prière que je dis: « A cette fin , nous dédions cet agneau du ock [nom complet] au berger céleste, Jésus hrist, et il est notre prière qu’il peut être conduit iDans les sentiers de la justice à cause de son nom, ‘afin que’ la bonté et la miséricorde ‘le suivent tous les jours de sa vie et qu’il puisse «habiter à jamais dans la maison du Seigneur». « 

Il est bon de considérer l’influence d’une telle cérémonie. J’ai observé qu’il était utile pour la mère de rester fidèle à la direction spirituelle de son enfant. Comme Marie, la mère gardera « toutes ces paroles dans son cœur ». Elle chérira le souvenir de cette occasion au cours de laquelle son petit enfant a été publiquement dédié à Dieu. Elle essaiera de faire tout ce qui est en son pouvoir, avec l’aide de Dieu, pour accomplir ce noble destin pour l’enfant. Il est probable qu’elle informera l’enfant, à mesure qu’il grandira, de cette dédicace solennelle, qui pourra influer sur ses décisions ultérieures au cours de sa vie. Nous trouvons à La page 512 de Desire of Ages que parmi les enfants bénis par Jésus, certains sont devenus des « sujets de son royaume » et des « martyrs pour lui ».

Source: Ministry Magazine de Octobre 1944

a répondu à la question.
Vous affichez 1 des 2 réponses, cliquez ici pour afficher toutes les réponses.

Categories