Jésus est-il Jéhovah Dieu?

69 vuesFoi chrétiennedieu Jehovah jésus
0

Jésus est-il Jéhovah Dieu?

a répondu à la question.
0

L’Église chrétienne a toujours prétendu que Jésus-Christ était « le Dieu des Dieux, la  lumière de la lumière, très Dieu de Dieu, engendré et non créé, ne faisant qu’un seul corps avec le Père » (Le credo de Nicée). L’article suivant, établissant à partir des Écritures cette vision de la divinité du Fils, peut être utile pour discuter de la question avec les Témoins de Jéhovah. Nous devons nous rappeler, bien entendu, que bien que notre but dans de telles discussions soit de convaincre l’autre partie de la nature divine de Jésus, il est encore plus important que nos paroles démontrent que son caractère divin vit en nous. – Editors.

Les témoins de Jéhovah insistent beaucoup pour attaquer la doctrine chrétienne de la Trinité en niant que Jésus soit identifié à Jéhovah Dieu.

Cette controverse concernant la relation entre le Père et le Fils n’est pas nouvelle. Il a été débattu dans l’église chrétienne depuis la fin du troisième siècle et les Témoins ne soulèvent aucun nouveau problème. Ils estiment toutefois que la doctrine de la Trinité est un vestige de l’influence corruptrice du catholicisme à partir de laquelle le monde chrétien doit être libéré. Ils souligneront que la Bible ne contient pas le mot trinité. Facilement d’accord avec eux. Il est vrai que le mot n’apparaît pas dans la version King James de la Bible ni dans la plupart des traductions modernes standard. La Bible utilise cependant le mot theotes , « divinité ». Si nous pouvons montrer à partir des Écritures que Jésus a effectivement droit au nom de Jéhovah, nous accordons à moi la crédibilité de l’une des principales positions doctrinales des témoins.

Nous convenons volontiers avec les témoins de Jéhovah que le Père est Jéhovah. Mais nous croyons aussi que les Écritures enseignent que le Fils a également droit au nom de Jéhovah, puisqu’il est un avec le Père.

Selon la vision historique du christianisme, un seul Dieu existe en trois personnes égales et égales – Père, Fils et Saint-Esprit – qui sont une en puissance, en intention, en caractère, en unité et en éternité. Le point de vue arien est que seul le Père est éternel, c’est-à-dire qu’il est seul Jéhovah. Le Fils, selon ce point de vue, a été engendré (ou créé) et est né à une date ultérieure. Évidemment, si cette vue est correcte, alors le Fils ne serait pas Jéhovah (éternel). Vous devez clairement énoncer le problème dès le début de votre discussion, car si vos auditeurs ne croyaient pas que vous compreniez parfaitement la question, ils ne seraient pas convaincus par vos explications. Vous devriez être informé du contexte des conciles de Nicée (325 après JC) et de Chalcédoine (451 après JC), les deux conciles qui ont cristallisé la christologie de l’église. Don’ t être attrapé sans l’information que Constantin le Grand a présidé le concile de Nicée. Les Témoins de Jéhovah exploitent ce fait comme preuve que le paganisme est entré dans l’église sous sa direction. Sans doute, Constantine voyait dans la division religieuse dans l’église une menace pour l’unité politique de son empire. Vérifiez toute bonne histoire d’église pour l’histoire complète.

Que devrions-nous comprendre par le nom de Dieu, Jéhovah? Strictement parlant, il n’ya pas de nom tel que Jéhovah. Cela s’est produit comme un hybride de la fin du Moyen Âge lorsque les étudiants des Écritures hébraïques n’ont pas compris que le texte massorétique avait combiné les voyelles d’Adonaï, Seigneur, avec les consonnes YHWH (le nom divin considéré comme trop sacré pour être prononcé). Ce nom, considéré aujourd’hui comme ayant été prononcé à l’origine Yahweh, est défini dans Exode 3:13 , 14 comme « JE SUIS ». En choisissant ce nom, Dieu s’identifie comme l’éternel Eternel, qui existe déjà – sans commencement ni fin (voir Ps. 90: 2 ). Ainsi, toute personne sans commencement ni fin aurait le droit, par la nature même de son être, au nom de Jéhovah.

Quelles preuves pouvons-nous tirer des Écritures pour dire que Jésus est Jéhovah à égalité avec le Père?

Un indice qui vous aidera dans votre étude du nom Jéhovah (traduit par « Seigneur ») est la manière dont il est imprimé dans la plupart des versions anglaises de l’Ancien Testament. Lorsque le nom « Seigneur » est traduit du mot hébreu Yahweh, c’est-à-dire Jéhovah, il est imprimé en lettres majuscules et minuscules comme celle-ci: Seigneur. Les autres noms de Dieu traduits par « Seigneur » commencent par une majuscule suivie de lettres minuscules. Ce contraste peut être clairement vu dans Ésaïe 22:14 où le premier événement (SEIGNEUR) vient de Jéhovah et le second (Seigneur) vient d’ Adonaï . Rappelez-vous que l’indice de cette imprimante ne se trouve que dans l’Ancien Testament. Il est judicieux de vérifier également les dérivés de mots dans une bonne concordance comparative telle que Strong ou Young.
Jésus est Jéhovah
Remarquez maintenant quelques comparaisons de textes de l’Ancien et du Nouveau Testament montrant au-delà de tout doute raisonnable que Jésus est bien identifié à Jéhovah. Celles-ci seront données sous forme de plan afin que la comparaison soit plus vive.

1. Le précurseur . « Une voix crie: » Dans le désert, préparez le chemin de l’Éternel, faites dans le désert une route qui mène à notre Dieu « ( Esaïe 40: 3 ). *

« Il [Jean-Baptiste] a dit: » Je suis la voix de celui qui crie dans le désert « Redressez le chemin du Seigneur », comme l’a dit le prophète Isaïe «  » ( Jean 1:23 ).

John connaissait certainement l’hébreu de la prophétie d’Esaïe. Lorsqu’il prétendait être la « voix » de la prédiction d’Ésaïe, il prétendait préparer le chemin de Jéhovah, qui était en fait Jésus.

2. Jéhovah le Créateur . « Ne savez-vous pas? N’avez-vous pas entendu? L’Eternel est le Dieu éternel, le Créateur des extrémités de la terre. Il ne s’évanouit pas et ne se lasse pas, son intelligence est insondable » ( Esaïe 40:28 ).

« Il [la Parole ou Jésus] était dans le monde et le monde a été créé par lui, mais le monde ne le connaissait pas » ( Jean 1:10 ).

Le Créateur du monde est venu dans ce monde mais n’a pas été accepté. Si Jésus n’est pas Jéhovah, il n’est pas le Créateur. De plus, Isaïe appelle le Créateur le « Dieu qui dure toujours ». Jésus est l’Eternel, Jéhovah.

3. La gloire . « ‘Je suis l’Eternel, tel est mon nom; ma gloire, je ne la donne à personne, ni mes louanges aux images taillées' » ( Ésaïe 42: 8 ).

« ‘Et maintenant, Père, glorifie-moi dans ta présence avec la gloire que j’avais avec toi avant que le monde soit créé' » ( Jean 17: 5 ).

En tant que Fils obéissant, Jésus demanderait-il à son Père la gloire que Jéhovah avait déclarée ne jamais partager? Ou bien Jésus a-t-il droit à cette gloire parce que lui aussi est Jéhovah – un avec le Père?

4. Le rocher . « ‘Je proclamerai le nom de l’Éternel. Donne la grandeur à notre Dieu! Le Rocher, son oeuvre est parfaite; car toutes ses voies sont la justice' » ( Deut. 32: 3 , 4 ).

« Car ils [les pères] ont bu du Rocher surnaturel qui les a suivis, et le Rocher était Christ » ( 1 Cor. 10: 4 ).

Jéhovah est déclaré être le rocher. Paul déclare que le rocher était Christ. Ainsi, le Christ doit sans aucun doute être Jéhovah.

5. Le berger . « L’Eternel est mon berger, je ne manquerai de rien » ( Ps. 23: 1 ).

«  » Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis «  » ( Jean 10:11 ).

Jéhovah est le berger et Jésus s’est appliqué ce nom en toute connaissance de cause de sa propre divinité.

6. Le premier et le dernier . « Ainsi parle l’Eternel, le roi d’Israël et son Rédempteur, l’Eternel des armées: » Je suis le premier et je suis le dernier; à part moi, il n’y a pas de dieu «  » ( Ésaïe 44: 6 ).

« ‘Voici, je viens bientôt, apportant ma récompense, pour rembourser à chacun ce qu’il a fait. Je suis l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier, le début et la fin' » ( Apoc. 22:12 , 13 ; cf. 1:1718 ).

Jéhovah dit qu’il est le premier et le dernier. Celui qui vient rapidement pour donner des récompenses (voir Matt. 16:27 ) se déclare le premier et le dernier. Celui qui était mort et est maintenant vivant à jamais (voir Apoc. 1:17 , 18 ) déclare qu’il est le premier et le dernier. Il ne peut y avoir aucun doute sur le fait que Jésus qui est mort pour nous – le premier et le dernier – n’est autre que Jéhovah.

7. La divinité absolue et éternelle de Jésus . « ‘Je suis l’Eternel, et il n’y en a pas d’autre, à part moi, il n’y a pas de Dieu' » ( Esaïe 45: 5 ). « ‘Vous êtes mes témoins! Y a-t-il un Dieu à part moi? Il n’y a pas de roche; je n’en connais pas' » (chap. 44: 8).

« ‘Le Père et moi sommes un.’ Les Juifs prirent de nouveau des pierres pour le lapider. Jésus leur répondit: « Je vous ai montré beaucoup de bonnes œuvres de la part du Père; pour lesquelles de ces pierres me lapidez-vous? » Les Juifs lui répondirent: « Ce n’est pas pour un bon travail que nous vous lapidons mais pour un blasphème, car vous, en tant qu’homme, vous faites de Dieu » « ( Jean 10: 30- 33 )

Jéhovah déclare catégoriquement qu’il n’y a pas d’autre Dieu que lui. Il nie l’enseignement même des Témoins de Jéhovah selon lequel Jéhovah est le Dieu, mais que Jésus est un dieu.

Quand Jésus a dit que son père et lui ne font qu’un, il a formulé la plus grande revendication que quiconque puisse faire. Les Juifs ont compris sa revendication. Pour eux, il n’y avait qu’un seul Dieu et son nom était Jéhovah. Jésus a clairement prétendu être ce Dieu et ils ont décidé de le lapider.

8. Le Sauveur . « ‘Je suis l’Éternel, ton Dieu, le Saint d’Israël, ton sauveur … Moi, je suis l’Éternel, et à part moi, il n’y a pas de sauveur » « ( Esaïe 43: 3-11 ).

« ‘Il n’y a de salut en personne d’autre, car il n’y a pas d’autre nom sous le ciel donné parmi les hommes par lequel nous devons être sauvés' » ( Actes 4:12 ).

Ces textes déclarent que Jéhovah seul est le Sauveur. Si Jésus n’est pas Jéhovah, nous n’avons pas de Sauveur. Notez également que le nom du Fils de la vierge est donné par un ange (voir Matt. 1:21 ). Le nom Jésus signifie « Jéhovah sauve ».

Isaïe devient donc un rempart du trinitarisme. Il est le grand prophète messianique, exaltant le Messie à venir en tant que Jéhovah, non pas une ou deux fois, mais à plusieurs reprises. Il existe des preuves accablantes d’une ouverture d’esprit selon laquelle Jésus est Jéhovah.

Pour tous ses enseignements sur l’humilité personnelle, Jésus n’a pas connu plus de travail sacré que de diriger les hommes vers lui. Il déclarait constamment ce qu’il était et qui il était. Il a continuellement appliqué le divin « JE SUIS » à Lui-même. « Je suis le pain vivant, la lumière, la porte, le berger, la résurrection, Seigneur et Maître, le chemin, la vérité, la vie. » Il n’a pas dit « j’ai la vie » mais plutôt « je suis la vie! » Si Jésus n’est pas un être éternel, nous ne pourrons jamais avoir par lui la vie éternelle. Il ne peut pas donner ce qu’il ne possède pas.

Il a prétendu être la source de toute vie – Jéhovah. Les prophètes ont dit: « Écoutez-nous et nous vous dirons comment est Dieu. » Mais Jésus a dit: « Regardez-moi et vous verrez comment est Dieu, car je suis Jéhovah Dieu. »
Objections considérées
1. Jéhovah est le seul nom propre à Dieu . Ce n’est pas vrai. Il y a beaucoup de noms pour Dieu dans les Écritures. Il est vrai que Jéhovah est le nom le plus utilisé. (Le petit livre de poche de Nathan J. Stone, The Names of God [Moody Press], est un joyau.) Chacun des autres noms divins révèle une facette du caractère de Dieu, afin que nous puissions le voir dans toute sa plénitude. El ou Elohim exprime le pouvoir de Dieu. Nous trouvons ce nom dans Genèse 1: 1puisque la création démontre sa puissance. El Shaddai , le Dieu tout puissant, accentue encore plus son pouvoir. Adonaï , la forme plurielle d’ Adon , emporte le concept d’autorité. Adonest utilisé de l’homme pour se référer à lui comme le seigneur de sa propre maison. Adonaï est le Dieu qui exerce l’autorité.

2. Il y a une trinité dans chaque religion païenne . Le christianisme a été paganisé par l’introduction de la trinité . Il est vrai que beaucoup de religions païennes ont une trinité de dieux. Babylone et l’Egypte sont des exemples. Le diable a toujours corrompu ce qui est vrai. La question est de savoir si l’église a accepté le concept païen de trinité ou si la véritable trinité a-t-elle été déformée par une contrefaçon d’inspiration satanique?

3. Chacun sait qu’un père est plus âgé que son fils . Seul le Père est Jéhovah Dieu éternel. Le Fils est né plus tard et ne peut pas être Jéhovah. Cette objection démontre un manque de connaissance sur le plan du salut. La relation père-fils dans le Nouveau Testament doit toujours être comprise à la lumière de l’événement de Bethléem. Le seul enfant né dans ce monde avec un père divin plutôt que humain, c’est Jésus. Le titre « Fils » fait référence à son entrée dans le temps et ne nie en rien son origine éternelle. Dans l’Ancien Testament à la Filiation, l’Ancien Testament mentionne des liens, mais ceux-ci anticipent toujours l’Incarnation.

4. Jésus lui-même a admis que le Père était plus grand que lui (voir Jean 14:28 ). Jésus a dit la vérité; Son père était plus grand. Tout ce que Jésus a fait en vivant en tant qu’être humain sur cette terre s’est fait par le pouvoir de son Père (voir Jean 14:10 ). Mais, encore une fois, ceux qui soulèvent cette objection ne comprennent pas le plan du salut. Lorsque la deuxième personne de la divinité est devenue un homme, il a mis de côté son égalité essentielle et a pris une position subordonnée par son choix souverain (voir Phil. 2: 5-11 ). Lors de son ascension, Jésus fut glorifié et reprit sa place à la droite du Père.

5. La Bible enseigne clairement qu’il n’y a qu’un seul Dieu, pas trois . C’est vrai; il n’y a pas trois dieux. La Bible enseigne qu’il existe un seul Dieu, ou divinité ( theotes ) composé de trois personnes. L’Ancien Testament ainsi que le Nouveau soutiennent la pluralité des personnes au sein de la tête de Dieu. Dans Genèse 1: 1 , Dieu se présente au pluriel (‘ Elohim ). Les formes plurielles de pronoms (nous et notre) sont utilisées même dans les publications juives de l’Ancien Testament anglais lorsque Dieu parle de lui-même (voir Genèse 1:26 ). « Le Père et moi sommes un » ( Jean 10:30 ).

6. Jean 3:16 déclare clairement que le Fils était « engendré » (LSG). C’est le même mot utilisé pour transmettre l’idée de donner naissance ou d’exister . Cette traduction malheureuse du mot monogenes est une traduction qu’aucune traduction moderne de la Bible n’a perpétuée. Monogenes signifie « unique, unique en son genre ». « Etre seulement engendré » impliquerait l’utilisation d’un mot grec différent.

Pourquoi les traducteurs de King James Version ont-ils utilisé l’expression « seulement engendré »? Ils se sont beaucoup appuyés dans leurs travaux sur la Vulgate latine de Jérôme. Jérôme a vécu à une époque où la controverse christologique faisait rage dans l’église. Au lieu de traduire monogène dans le mot latin unicus , qui signifie « seul ou unique », Jérôme a pensé aider la cause de la vérité en choisissant le mot unigenitus , ce qui signifie « seulement engendré ». Il voulait renforcer la doctrine selon laquelle le Fils était une substance avec le Père. La manœuvre de Jérôme se retourna contre elle. Les Ariens ont rapidement exploité son erreur. Au lieu de se concentrer sur la nature du Christ, ils ont utilisé ses paroles pour prouver que le Christ avait une origine.

7. Colossiens 1:15 , 18 dit clairement que Jésus est le « premier-né » (prototokos) . C’est le même mot utilisé dans Matthieu 1:25 concernant Jésus étant le premier enfant de Marie . Il n’y a pas de réponse simple à cette objection. Le passage a toujours été une perplexité. Le commentaire de la Bible adventiste du septième jour , volume 7, page 191, traite du passage en détail, mais aucune réponse finale ne sera donnée. Lorsque de nombreuses preuves dans le reste de la Bible indiquent la nature éternelle de Christ, il est difficile d’accepter que ce texte prouve qu’il avait une origine. L’exégèse sonore de tout texte nécessite qu’il soit en accord avec la totalité des Écritures.

Peut-être que le problème peut être résolu partiellement, sinon totalement, en reconnaissant la difficulté de traduire la pensée juive en mots grecs. Paul parle de la prééminence, pas des origines. Le premier-né avait des droits et des privilèges refusés aux autres. Il a reçu une double portion de l’héritage ( Deut. 21:17 ; Col. 1:12 ) et était dans la position la plus importante. Quand Christ est appelé le « premier-né » d’entre les morts ( Col. 1:18 ), cela ne veut pas dire qu’il fut le premier individu à ressusciter d’entre les morts. Moïse, fille de Jaïre, Lazare et d’autres moururent et ressuscitèrent avant la résurrection de Jésus. Mais le sens de Colossiens 1:18est-ce que ces résurrections antérieures sont insignifiantes par rapport à la résurrection de Jésus? ils n’ont pas de sens sans son triomphe glorieux sur la mort. De même, le verset 15 insiste sur la prééminence plutôt que sur l’origine. Ceux qui l’appliquent autrement ne comprennent pas le point de vue de l’apôtre.

La question fondamentale soulevée par Lucifer au ciel tournait autour de la position du Fils. Sans aucun doute, Lucifer était un être créé, mais il souhaitait s’asseoir avec Dieu sur son trône (voir Eze. 28:15 ; Esa. 14: 12-14 ). Pourquoi a-t-il été refusé? N’était-ce pas parce qu’il n’était pas l’égal de Dieu? Dieu ne pouvait pas partager son trône avec un être créé. Seulement égaux part des trônes. Le prince Philip ne siège pas avec la reine Elizabeth II d’Angleterre sur son trône. Il est son mari, mais ce n’est qu’un prince. Il n’est pas son égal au rang. Le Seigneur Jésus-Christ est assis avec son Père sur son trône ( Hébreux 1: 3 ). Il est égal à Dieu ( Phil. 2: 6 ).

Si le Fils était une créature créée ou engendrée – même s’il était la toute première de ces créatures, et peu importe la distance à laquelle cet événement s’est produit – il serait toujours une créature. Un «être créé» pourrait-il s’asseoir sur un pied d’égalité sur le trône de Dieu, tandis que Lucifer, un autre être créé, se voit refuser ce privilège? Dans un tel cas, Dieu serait coupable de discrimination; Il montrerait le respect des personnes, ce qu’il déclare lui-même être un péché (voir Jacques 2: 9 ). Lucifer aurait un argument valable contre Dieu.

La vérité sur laquelle Lucifer a trébuché au début était la nature éternelle et l’égalité du Père et du Fils. L’arianisme reflète sa pensée.

Ceci, alors, nous pouvons croire. Jéhovah éternel et omnipotent est descendu sur terre pour devenir un avec nous. Dans son humanité, il est mort pour nous; dans sa résurrection, il a vaincu la mort pour nous et nous a tracé le chemin du côté de son Père. Un jour prochain nous nous tiendrons devant son trône et serons avec lui à la main du Père, où nous louerons la gloire de son nom pour toujours. Son nom est Jésus, Jéhovah Dieu.

Auteur
J. Reynolds Hoffman, évangéliste et auteur, est maintenant à la retraite et réside à Roseburg, dans l’Oregon.
Source : Ministry Magazine

a répondu à la question.

Categories