COMMENT COMPRENDRE LE ROLE DES DIACRES, ANCIENS ET PASTEURS?!?

Résolue9.69K vuesFoi chrétienneancien pasteur Rôle du diacre
0

ROLE DES DIACRES, ANCIENS ET PASTEURS

Quelle est la fonction d’un diacre, d’un ancien et du pasteur ?!?

Question is closed for new answers.
Staff AdventDesk Réponses sélectionnée comme la meilleure 14 mai 2019
1

Un ministère institué par Dieu

Dieu a une Église, et celle-ci doit accomplir un ministère institué par Lui. “ Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ, Ephésiens 4:11-13. ”

«Dieu a choisi des hommes chargés de veiller avec un soin jaloux et une vigilance inlassable à ce que l’Église ne soit pas renversée par les ruses malveillantes de Satan, mais qu’elle subsiste dans le monde pour y faire connaître la gloire de Dieu parmi les hommes.» – Testimonies to Ministers and Gospel Workers, p. 52, 53.

Parmi les différents ministères que nous retrouvons au sein de l’église nous aimerions mieux cerner le rôle des diacres, anciens et pasteurs selon la compréhension biblique et l’Esprit de Prophétie.

 Un peu de vocabulaire

 Le mot « apôtre » vient du grec « apostello », qui signifie « envoyer ». Alors qu’il est très peu utilisé dans l’Ancien Testament, on le retrouve plus de 80 fois dans le Nouveau. Jésus utilisait probablement le mot araméen « seliah », terme qui désignait les Juifs envoyés pour collecter l’impôt pour le service du temple hors des murs de la ville principale.

Ce qui définit donc l’apôtre, c’est le fait qu’il soit envoyé par Dieu pour prêcher l’Évangile aux nations. Pendant des siècles, le terme fut utilisé pour désigner presque exclusivement les douze ainsi que Paul, appelés et envoyés en mission par Jésus lui-même. Peu à peu, l’usage du mot évolua pour désigner également ceux qui, les premiers, portèrent l’Évangile dans une ville ou dans un pays.

Le mot « diacre » est la traduction du grec « diakonos, » qui veut dire « serviteur » ou « ministre. »

Dans le Nouveau Testament, le mot « ministère » est la traduction de « diakonia » du verbe grec « diakoneô » qui signifie « servir. »

Soulignons que, bien que les mots diakonia, « service » et diakonéô, « servir » se trouvent dans Actes 6: 1 -2, les sept hommes pleins de l’Esprit Saint n’ont jamais reçu le titre de « diacre ». Ce sont les lecteurs de la Bible qui les appellent « diacres ». Dans la bible, le titre de « diacre » n’a jamais été conféré ni à Etienne ni à Philippe par exemple.

Ceci dit, examinons brièvement le mot grec « diakonos » dans le Nouveau Testament. Il serait suffisant de mentionner que les collaborateurs de Paul sont appelés « diakonos », diacres où le mot « diakonos » est traduit par le mot « ministre » [(Ephésiens 6:21 Afin que vous aussi, vous sachiez ce qui me concerne, ce que je fais, Tychique, le bien-aimé frère et fidèle ministre dans le Seigneur, vous informera de tout. Colossiens 1:7 d’après les instructions que vous avez reçues d’Épaphras, notre bien-aimé compagnon de service, qui est pour vous un fidèle ministre de Christ. Colossiens 4:7 Tychique, le bien-aimé frère et le fidèle ministre, mon compagnon de service dans le Seigneur, vous communiquera tout ce qui me concerne.)]. Paul lui-même est souvent désigné par ce terme [(Ephésiens 3:7 dont j’ai été fait ministre selon le don de la grâce de Dieu, qui m’a été accordée par l’efficacité de sa puissance. Colossiens 1:23 si du moins vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi, sans vous détourner de l’espérance de l’Évangile que vous avez entendu, qui a été prêché à toute créature sous le ciel, et dont moi Paul, j’ai été fait ministre. Colossiens 1:25 C’est d’elle que j’ai été fait ministre, selon la charge que Dieu m’a donnée auprès de vous, afin que j’annonçasse pleinement la parole de Dieu,)].

Les paroles rapportées dans Actes 6: 7 – 8, indiqueraient qu’Etienne qui était l’un des sept hommes désignés pour superviser le service de distribution était activement impliqué dans la prédication de la parole au même titre que les douze. « Le fait que ces hommes avaient été choisis pour prendre soin des pauvres ne les empêchait nullement de prêcher l’Évangile. Au contraire, ils étaient pleinement qualifiés pour instruire les autres dans la vérité et ils se mirent au travail avec beaucoup de zèle et de succès. […]

En effet, il est dit que les miracles étaient un moyen que le Seigneur employait pour confirmer la prédication de l’évangile (Actes 14: 3). Il n’est donc pas étonnant que Philippe qui était aussi un prédicateur de la parole au même titre que les douze baptisât l’Eunuque Ethiopien. Il ne faut donc pas confondre ce que le mot « diacre » signifiait pour les premiers chrétiens et le sens du même mot pour les chrétiens d’aujourd’hui.

De nos jours, la nomination des diacres, faite par élection, apporte les mêmes bénédictions à l’administration ecclésiale, en soulageant les pasteurs, les anciens et d’autres responsables des tâches que les diacres peuvent accomplir avec succès. Les diacres, les anciens et les pasteurs exercent tous un ministère.

A partir de là, le mot « ministère » s’applique à toutes les formes du service concernant l’Église, depuis le ministère d’apôtre, jusqu’à celui qui concerne la tâche la plus humble comme « laver les pieds des saints » 1 Timothée 5.10.  Les ministères sont une réponse de Dieu aux besoins de l’Église, de même que les dons spirituels. Le but est d’édifier, de construire, d’être utile.

Rôle du Diacre

Actes 6.1-6

Les diacres, par la vertu du ministère qui leur était assigné par l’église, veillaient sur les pauvres en vue de satisfaire leurs besoins sur la base de l’argent collecté pour ces besoins. Les diacres étaient les assistants directs des anciens d’église.

 Les Anciens

 L’Église chrétienne primitive emprunta son organisation au peuple juif. A Jérusalem, nous voyons très tôt des anciens installés à côté des apôtres (Ac 15:2,6). Avant de quitter les nouvelles Eglises nées de son ministère, l’apôtre Paul en fait élire par les fidèles (Ac 14:23). A eux revient l’autorité dans la vie de l’Église locale: ils se partagent la direction du troupeau, les services du culte, l’enseignement.

Voici les qualités requises pour être ancien :

  • 1 Timothée 3:1-7 « Cette parole est certaine: Si quelqu’un aspire à la charge d’évêque, il désire une oeuvre excellente. Il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l’enseignement. Il faut qu’il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé. Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté; car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Église de Dieu? Il ne faut pas qu’il soit un nouveau converti, de peur qu’enflé d’orgueil il ne tombe sous le jugement du diable. Il faut aussi qu’il reçoive un bon témoignage de ceux du dehors, afin de ne pas tomber dans l’opprobre et dans les pièges du diable. »
  • 1 Timothée 5:17-20  Que les anciens qui dirigent bien soient jugés dignes d’un double honneur, surtout ceux qui travaillent à la prédication et à l’enseignement. Car l’Écriture dit: Tu n’emmuselleras point le boeuf quand il foule le grain. Et l’ouvrier mérite son salaire. Ne reçois point d’accusation contre un ancien, si ce n’est sur la déposition de deux ou trois témoins. Ceux qui pèchent, reprends-les devant tous, afin que les autres aussi éprouvent de la crainte.
  • Tite 1:5-9  Je t’ai laissé en Crète, afin que tu mettes en ordre ce qui reste à régler, et que, selon mes instructions, tu établisses des anciens dans chaque ville, s’il s’y trouve quelque homme irréprochable, mari d’une seule femme, ayant des enfants fidèles, qui ne soient ni accusés de débauche ni rebelles. Car il faut que l’évêque soit irréprochable, comme économe de Dieu; qu’il ne soit ni arrogant, ni colère, ni adonné au vin, ni violent, ni porté à un gain déshonnête; mais qu’il soit hospitalier, ami des gens de bien, modéré, juste, saint, tempérant, attaché à la vraie parole telle qu’elle a été enseignée, afin d’être capable d’exhorter selon la saine doctrine et de réfuter les contradicteurs.

Le mot « ancien » en grec « presbytre », d’où est venu le mot « prêtre » est la traduction du terme hébreu zâqên ; il est souvent remplacé dans le N.T. par le terme grec « épiscope » (d’où est venu « évêque »), mais les deux mots semblent correspondre alors aux mêmes fonctions.

  • Actes 20:17 Cependant, de Milet Paul envoya chercher à Éphèse les anciens de l’Église.
  • Actes 20:28  Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Église du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang.
  • 1 Pierre 5:1  Voici les exhortations que j’adresse aux anciens qui sont parmi vous, moi ancien comme eux, témoin des souffrances de Christ, et participant de la gloire qui doit être manifestée:

Dans le N.T. les évêques (anciens) sont mentionnés pour la première fois (Philippiens 1:1 Paul et Timothée, serviteurs de Jésus-Christ, à tous les saints en Jésus-Christ qui sont à Philippes, aux évêques et aux diacres:); le pluriel, indique qu’il y avait plusieurs évêques (ancien) dans l’Eglise de Philippes. Comme d’autre part l’épiscopat ne figure pas dans les listes de don, ou dons de l’Esprit, dressées par Paul (1Co 12:28,Eph 4:11), nous pouvons en conclure que dans les Églises pauliniennes la charge d’évêque était de second ordre.

  1. De nombreux critiques admettent que dans les communautés primitives les termes évêques, presbytres ou anciens étaient équivalents, désignant les mêmes fonctions et employés l’un pour l’autre. Cette opinion s’appuie sur Actes 20:17,28 et Tit 1:6,7; dans ce passage des Actes, en effet, les mêmes personnages sont appelés tour à tour presbytres et évêques, mais dans Tite les premiers sont au pluriels, et l’évêque est au singulier, ce qui ne semble pas indiquer une identification. Il est d’ailleurs dangereux de tirer d’un seul texte une conclusion générale; d’autre part il est vraisemblable qu’à des noms différents correspondaient aussi des attributions différentes.

2. Les passages du N.T. où se trouve le mot évêque sont peu nombreux; il n’y en a que cinq, dont un (1Pi 2:25) ne peut pas servir à déterminer la fonction des évêques. Cependant l’examen de ces textes permet les constatations suivantes:

(a) L’épître aux Philippiens a été adressée par Paul en remerciement pour des dons qui lui avaient été envoyés; l’évêque doit être désintéressé, disent 1Ti 3:3 et Tit 1:8; il est l’intendant ou l’économe de Dieu (Php 1:7). L’évêque est donc chargé des fonds de la communauté, c’est un administrateur financier. Dans Philippiens évêques et diacres sont associés (de même 1Ti 3:3; et Didachè au début du II e siècle); les premiers étaient des économes, ils recevaient les offrandes et en surveillaient la répartition; ils avaient sous leurs ordres des diacres chargés du service matériel des assemblées et de l’assistance mutuelle. Les évêques diffèrent par là entièrement des presbytres (anciens), dont les fonctions étaient d’ordre spirituel.

(b) L’évêque doit être modéré, juste, doux, pacifique et ennemi des querelles, il doit être attaché à la saine doctrine et réfuter les contradicteurs (1Ti 3:2,Tit 1:7,9). Sa surveillance n’était donc pas limitée aux questions financières, il assurait le respect des décisions prises, veillait à l’exécution de la discipline, combattait les fausses doctrines, faisait respecter la tradition.

(c) L’évêque devait jouir de la considération de ceux du dehors (1Ti 3:7), il était chargé de représenter la communauté dans les rapports indispensables avec le monde païen. En résumé, tandis que les presbytres exerçaient des fonctions morales et religieuses, les évêques dirigeaient l’administration matérielle des communautés, veillaient à la discipline, et représentaient l’Église locale à l’extérieur. Les attributions des uns et des autres ne sont donc pas identiques, mais une tâche importante leur était commune: presbytres et évêques étaient chargés de lutter contre les fausses doctrines: 1Ti 3:2, l’évêque doit être capable d’enseigner.

  1. L’épiscopat avait à l’origine un caractère local; l’évêque (ancien) exerçait ses fonctions au sein d’une communauté et non sur un ensemble d’Églises. Les évêques, comme les presbytres, étaient choisis par les fidèles, tandis que les apôtres, les prophètes étaient désignés par l’Esprit. Les presbytres avaient la charge de diriger le groupement religieux, ils proposaient à la communauté d’élire évêque (ancien) tel personnage leur paraissant qualifié; il leur arrivait sans doute souvent de suggérer un des leurs; un des presbytres exerçait ainsi les fonctions propres à l’évêque, mais celui-ci, loin de dominer sur le collège des anciens et de le présider, en dépendait au contraire.

 Le Pasteur et sa fonction :

 Le Pasteur est défini comme : Berger : Le mot Grec traduit par Pasteur dans Ephésiens 4.11 est « poimen » qui veut dire « berger », celui qui garde, surveille ou assemble, dirige et aussi nourrit le troupeau, en somme un surveillant. ‘’Poimen’’ est utilisé dix-huit fois dans le Nouveau Testament. Seulement une fois il est traduit par Pasteur. Les dix-sept autres fois il est traduit par berger. Souvent nous utilisons le mot Pasteur parce que c’est le mot utilisé dans Ephésiens quatre où la liste complète des cinq dons du ministère sont donnés.

Les Pasteurs sont des surveillants :Actes 20.28 : Prenez donc garde à vous-mêmes et à tout le troupeau au sein duquel le Saint-Esprit vous a établi Evêques, pour faire paître l’Eglise de Dieu qu’il s’est acquise par son propre sang.

Nourrir les Brebis : Le mot Grec pour surveillant est ‘’ episckopos.‘’ Il est aussi traduit par ‘’ Evêque.’’ Le mot veut dire celui qui nourrit la brebis. C’est une référence à un Pasteur ou un berger.

L’Evêque dans la signification de l’Ecriture, est une fonction dans l’église locale et l’Evêque n’est pas quelqu’un qui a une autorité sur un groupe d’églises locales comme le fait l’Apôtre. Un Evêque ne peut pas prendre la place de ceux que Dieu a établi Apôtres et Prophètes.

Tous les anciens, ou surveillants d’une église locale doivent fonctionner comme bergers même s’ils ont un don du ministère autre que celui de Pasteur. Paul dit que ceux qui désirent ce don du ministère désirent une belle activité (1 Timothée 3.1).

Notons que le ‘’Pasteur’’ ou ‘’berger’’ est une fonction, pas un titre. C’est la même chose pour chacun des cinq dons du ministère. L’apôtre, le Prophète, l’Evangéliste et l’Enseignant sont des fonctions pas des titres.

L’Eglise : une histoire

 L’histoire de l’église nous apprend qu’elle a sans cesse évolué en fonction des personnes qui la composent, des régions, des peuples, des pays, mais aussi selon ses besoins au fur et à mesure qu’ils se présentaient.

Concernant les ministères, au commencement il y avait les douze, les apôtres de Jésus, dont l’un, Judas a failli et a été remplacé par Matthias.

Ensuite, à Jérusalem, afin de résoudre un problème concernant l’assistance aux veuves, les apôtres ont demandé aux disciples de choisir sept hommes pour s’occuper de cette tâche et ils les ont consacrés-Actes 6

Parmi eux certains ont aussi évolué : Etienne et Philippe sont devenus des prédicateurs confirmés de l’Évangile. Plus tard apparaissent des prophètes, comme Agabus, puis des anciens sont nommés dans les églises qui naissent un peu partout. L’église de Jérusalem comprenait les apôtres, les anciens et les frères—Actes 15 : 6,23. Dans l’église d’Antioche, il y avait des prophètes et des docteurs—Actes 13.1 Les apôtre Paul et Barnabas, faisaient nommer des anciens dans chaque église—Actes 14.23. Et puis des femmes s’investissent dans l’œuvre de Dieu, soit dans l’aide aux pauvres, ou dans d’autres ministères—Actes 9.36. L’apôtre Paul recommande Phoebé, diaconesse de l’église de Cenchrées—Rom 16.1

Le cahier de charge des diacres

De façon explicite, la Bible ne donne pas la liste des devoirs des diacres.

La Bible met seulement une emphase sur leur qualification—1 Tim 3.8-13

1 Tim 3.8 suppose que les diacres étaient impliqués dans :

  • Les visites : Cf. « duplicité » i.e. « double langage »
  • La collecte et la distribution de fonds : Cf. « gain sordide »
  • Le ministère des diacres peut prendre plusieurs formes d’actions :
  • A Jérusalem, pour gérer une œuvre particulière.
  • A Joppé, où Tabitha-Dorcas, avec les veuves de l’église, faisait beaucoup de bonnes œuvres et d’aumônes.
  • Phoebé, la diaconesse de l’église de Cenchrées qui aidait et assistait les disciples.

Plus tard, les diacres ont été impliqués dans l’administration :

  • De la Sainte Cène
  • Du baptême—Actes 8 : Philippe baptise l’eunuque Ethiopien

D’autres diacres :

  • Paul—1 Cor 3.5; 2 Cor 3.6; 4.4; Eph 3.7; Col 1.23, 25
  • Timothée—1 Tim 4.6
  • Jésus-Christ—Rom 15.8; Gal 2.17; Mat 20.28

Implications ?

  • Tout disciple est un diacre i.e. un serviteur—Mat 23.11

Le diacre, l’ancien et le pasteur reçoivent tous la consécration pour commencer leur ministère au sein de la communauté de l’Eglise

 De même que les prêtres israélites étaient consacrés par imposition des mains (No 8:10), de même un usage analogue, sinon identique, apparaît dès le début de l’Église chrétienne: quand, sur la demande des Douze, des aides sont choisis par la communauté de Jérusalem, les nouveaux élus, avant d’entrer en fonction, reçoivent des apôtres l’imposition des mains (Actes 6:6). Les chrétiens d’Antioche imposent également les mains à Barnabas et à Saul, au moment où ceux-ci sont désignés pour leur oeuvre missionnaire (Actes 13:3). Timothée fut mis à part de la même manière pour le ministère qu’il exerçait (1Ti 4:14,2Ti 1:6). L’imposition des mains s’est donc progressivement détachée du baptême, elle a servi à désigner certains fidèles en vue de charges spéciales; le symbolisme est double: intercession de la communauté, consécration du serviteur; par cet acte est confirmé le don (don spirituel) sans lequel aucun croyant ne peut s’acquitter de la tâche que lui confie le Saint-Esprit ou la communauté.

Le cas de Saul, recevant deux fois l’imposition des mains, à Damas et à Antioche, prouve que cette cérémonie n’est pas une ordination au sens d’une entrée dans une hiérarchie régulièrement organisée.

Le passage 1Ti 5:22 (ne te décide pas trop vite à imposer les mains) semble se rapporter à l’imposition conférée aux pécheurs repentants (voir verset 20,21,24). Comme c’est par un tel rite que les rabbins juifs autorisaient leurs disciples à enseigner, ce précédent en explique les adaptations chrétiennes, sans trace aucune de notion cléricale d’une transmission de grâces particulières

Dans l’ancien testament, l’onction était une cérémonie qui visait à mettre un homme à part pour une fonction particulière (le prêtre: Ex. 28: 41, le roi et le prophète: 1 Rois. 19: 16; 1 Sam. 10: 1). Tous recevaient l’onction, mais n’exerçaient pas les mêmes charges.

A l’intérieur de la fonction de la prêtrise, Aaron et ses fils étaient tous oints par le même moïse (Ex. 28: 41; 30: 30; Lé. 8: 30, 33), mais avaient des charges différentes (seul Aaron officiait dans le lieu très saint le jour des expiations selon lé. 16).

Il apparait, à partir de ce qui précède que, ce qui faisait la différence au sein de ceux qui étaient oints dans l’ancien testament, résidait, non pas dans l’onction qu’ils recevaient, mais plutôt dans la charge pour laquelle ils étaient mis à part. il est à noter qu’il ne s’agit pas ici de la forme de la cérémonie qui peut varier. Il est donc normal que, dans l’église chrétienne, des hommes ayant reçu la même onction exercent des charges différentes. Ainsi donc, les diacres, les ancien et les pasteurs, bien qu’ayant reçu la même onction, remplissent des fonctions différentes.

 Conclusion

Les divers ministères, qu’ils soient spectaculaires ou de moindre apparence, ont tous la même valeur aux yeux du Seigneur, pourvu que ceux qui les exercent demeurent dans l’humilité et la fidélité à leur Maître. Les pasteurs de nos jours jouent le rôle d’Apôtres, d’évangélistes allant de lieux en lieux créant de nouvelles communautés et prenant soin de celles déjà établies comme berger, alors que les anciens (dirigeants locaux) prennent soins directement du troupeaux.

Auteurs :

Pasteur Ben Issouf Ouedraogo,

Pasteur Amegan Komlan,

Pasteur Sessou Kwasi Selom

Kokouvi VIDJE Nouveau commentaire posté 15 mai 2019

Très belle présentation.

Vous affichez 1 des 1 réponses, cliquez ici pour afficher toutes les réponses.

Categories